Comment l’automatisation simplifie le processus de recrutement des RH ?


Recrutement Digital / mardi, juillet 31st, 2018

Les spécialistes ont prédit que des millions d’emplois seront perdus à cause de l’automatisation. Les emplois impliquant des tâches répétitives sont généralement les premiers sur la liste. Tout comme Amazon a remplacé de nombreuses librairies, les robots ou l’automatisation d’un certain type remplaceront de nombreux emplois dans les transports, les services de santé et même les emplois de cols blancs comme les avocats.

L’un des domaines sur lesquels j’ai fait des recherches est la façon dont les robots s’intègrent dans les ressources humaines (RH). Je répartis les tâches RH en trois domaines : l’acquisition de talents, le travail administratif et le maintien en poste des employés. Sur la base de l’analyse de plusieurs départements RH, je pense que d’ici 2022, l’automatisation remplacera 24 % des emplois RH. Cela ne signifie pas que 24 % des RH perdront leur emploi, mais ils feront un travail de plus haut niveau et plus stratégique. Pour les besoins de cet article, nous allons examiner comment les robots peuvent avoir un impact sur le domaine du recrutement des RH.

Une étude montre que les recruteurs consacrent les deux tiers de leur temps (67 %) à la présélection des candidats et 28 % de leur temps à la préparation des candidats. Ces tâches entrent dans la catégorie de l’acquisition de talents. Il semble qu’un petit pourcentage du temps d’un recruteur soit réellement passé en face à face avec les candidats. En effet, les recruteurs ne peuvent pas vraiment automatiser cette partie car cela demande de l’empathie.

Les entreprises ont des business modèles et des approches très différentes pour résoudre ce problème, et elles ne sont pas seules. Les cabinets de recrutement comme Cofabrik RH se spécialisent dans le recrutement digital et automatise une partie de leurs processus.

Qu’est-ce que l’automatisation apporte aux recruteurs ?

L’automatisation peut libérer les recruteurs de la recherche, de la présélection et de la programmation des entretiens, ce qui leur laisse plus de temps pour rencontrer des candidats qualifiés et faire de meilleurs recrutements.

Une étude récente de Korn Ferry a révélée :

  • 63 % des recruteurs ont déclaré que l’intelligence artificielle a changé leur façon de travailler.
  • 69 % ont déclaré que l’utilisation de l’intelligence artificielle pour le sourcing de candidats permet d’obtenir des candidats de meilleure qualité.
  • 27 % ont déclaré que l’intelligence artificielle leur a libéré plus de temps.
  • 87 % sont enthousiastes à l’idée de travailler avec l’IA, et ne pensent pas qu’elle les remplacera à l’avenir.

Vous pouvez consultez ici l’étude de Korn Ferry

Mais qu’est-ce que c’est pour un recruteur de travailler avec un robot qui effectue le travail qu’il ou elle faisait auparavant ? Nous nous sommes entretenus avec Mégane Da-Cruz, Chef de projet marketing digital, du cabinet de recrutement Cofabrik RH. Mégane est chargée d’identifier les tendances digitales et technologiques dans l’acquisition de talents, de piloter des solutions innovantes au sein de la société, de faire évoluer la technologie, puis de comprendre les risques et les avantages de ces solutions. L’un de ses domaines d’intérêt est le chatbots.

Le Chatbots aide Mégane à augmenter l’expérience du candidat en permettant à nos recruteurs de se concentrer davantage sur l’interaction humaine pendant le processus de recrutement et d’entretien, tandis que l’automatisation intelligente réduit les tâches non stratégiques », explique Lédicia, fondatrice de la société. Bien que Mégane ne soit pas un recruteur, elle surveille de près les conversations que les candidats ont avec les chatbots de l’entreprise. Elle examine les préoccupations et les questions typiques que les candidats posent pour affiner l’intelligence conversationnelle et fournir aux candidats des réponses de meilleure qualité.

Nous avons constaté une réduction de 10 % des tâches administratives, ce qui permet aux recruteurs de consacrer plus de temps aux interactions personnelles avec les candidats.

À l’avenir, les entreprises auront probablement un grand nombre de robots différents pour gérer différentes tâches. Les robots assistants personnels deviendront plus fréquents lorsque de meilleures intégrations avec les systèmes de gestion des ressources de l’entreprise seront disponibles. Pour l’instant, les robots utilisent du texte pour interagir, mais les interfaces conversationnelles s’améliorent rapidement (voir Siri et Alexa), et ce sera probablement la façon dont les robots interagissent avec les recruteurs et les candidats dans le futur.

Les bots améliorent la transparence du processus de recrutement

Les Bots sont très efficaces pour compléter les fonctions traditionnelles d’appui au recrutement. Cela comprend la réponse à des questions d’assistance technique basées sur des faits, l’ouverture de tickets d’assistance, etc. Ce sont des tâches qui n’ont pas besoin d’interaction humaine, les candidats veulent des réponses rapides et peu importe si c’est un humain qui donne ces réponses.

Là où nous ne recommandons pas d’utiliser des robots, c’est là où il y a un besoin de relations humaines, comme aider à faire connaître l’entreprise de l’employeur ou aider à convaincre un candidat pourquoi il est bon pour un rôle particulier.

Un besoin clair et une demande claire

Bien qu’il soit encore trop tôt pour utiliser les robots pour le recrutement decandidats, il est clair que les robots peuvent aider à réduire le nombre de tâches répétitives et banales dont les recruteurs sont responsables. Les bots ne prendront jamais la place des humains, mais les aideront plutôt en libérant du temps à passer en interaction directe avec les candidats. Il faudra un certain temps pour que les robots s’intègrent dans les grandes entreprises, mais je pense que d’ici 2025, les robots seront une technologie courante dans la plupart des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *